Le futur par Michael Jeremiasz

Avec quatre médailles lors des Jeux paralympiques de 2004, 2008 et 2012, dont une en or en double, ainsi que 7 titres du Grand Chelem en double, Michael est un incontournable du sport tricolore. Porte-drapeau de la délégation française paralympique à Rio en 2016, le tennisman n’avait pas sa langue dans la poche pour cet échange avec 2124story, sans filtre. Matériel augmenté, inclusion des athlètes paralympiques : petit aperçu du futur pensé par cette figure de proue de l’inclusion et du progrès.

Le fauteuil sera ultra-léger / automatisé / avec des matériaux qu’on ne connaît pas aujourd’hui…il n’y aura plus d’obstacles pour la pratique de ce sport.

2124STORY : Est-ce que le confinement est dur pour un sportif de haut niveau ?

Michael Jeremiasz : Oui le confinement a été difficile pour les sportifs de haut niveau, mais pas plus que pour tous les autres. Un sportif de haut niveau c'est créatif... Il est vrai que trop de sportifs se sont retrouvés en situation de précarité faute de revenus liés à leur activité.


En terme d’adrénaline, et de “manque” ressenti (physiquement et mentalement), cela ne t’a pas trop impacté ?

Vivant à Londres j'ai été moins impacté, car j'avais le droit de faire du vélo assez librement pendant cette période. Mais frustrant de ne plus pouvoir nager alors que j'étais en pleine préparation de mon Ironman.

Le confinement des sportifs n’a pas été le même pour tous les pays, selon le degré de gravité locale du coronavirus. L’Europe, avec l’arrêt total des compétitions, a été particulièrement touchée.


Tu as été atteint du covid-19 ; comment l’as-tu vécu ? Que peux-tu dire aux lecteurs ?

En effet j’ai été diagnostiqué positif, et nous étions avec ma femme et mon fils mis en quarantaine, mais nous sommes chanceux : nous n’avons rien eu de grave, simplement une perte du goût et de l’odorat.

Je n’ai pas fait beaucoup de sport pendant le confinement, ce n’est pas recommandé en état grippal…Donc pas de sport du tout pour moi, seulement quelques étirements.

Parlons un peu de 2124...

sketch intermédiaire ©Pascal Delahaie / 2124story

..Ton sport en 2124, il ressemblera à quoi ?

En 2124, mon sport sera optimisé comme jamais : les méthodes d'entraînement, la résistance et la légèreté des fauteuils, peut-être des changements de règle pour le rendre encore plus excitant à pratiquer et à regarder...et surtout une médiatisation incroyable…

Côté technologie, le fauteuil sera ultra-léger / automatisé / avec des matériaux qu’on ne connaît pas aujourd’hui…il n’y aura plus d’obstacles pour la pratique de ce sport.


Et la mobilité dans Paris pour les Jeux de 2124 ?

On aura sûrement un métro toujours inaccessible, mais les solutions de mobilité auront changé. Trottinettes électriques adaptés au fauteuil, moteurs électriques miniaturisés pour fauteuils...

source : utslive.tv

Par rapport au confinement, on voit les athlètes chez eux, les compétitions à l'arrêt...Mais dans le futur, quand on aura vécu plusieurs pandémies [ il coupe : “oui, si on est encore vivants, du coup !” ] comment le sport peut- il être organisé, alors que le public est absent ?

Je pense que le futur est déjà devant nos yeux : il faut voir tout ce que fait le E-Sport, ils ont le champ libre pour dire “regardez : avec le E-Sport, nous on n’a pas de souci avec les épidémies !”

Donc on n’aura pas besoin d’attendre 100 ans pour voir ce qui se dessine...les expériences virtuelles sont déjà en place. Prenons l'exemple de L'UTS (ndlr : l'Ultimate Tennis Showdown), le nouveau concept de Patrick Mouratoglou, une compétition de tennis accessible uniquement en streaming, sans public avec des règles innovantes et interactives pour rendre ce sport le plus populaire possible.

Tu penses que les Jeux de Paris de 2124 auront lieu à Paris et ailleurs ? Par exemple à “Lunar Paris” (sur la Lune) ?

Dur d'imaginer où auront lieu les prochains Jeux. Je pense que les Jeux seront organisés par plusieurs villes du Monde en même temps et si d'ici là la conquête de l'Espace s'accélère, alors qui sait?

De façon générale, que penses-tu du sport en huis-clos avec les spectateurs à distance ?

C’est vrai, les footballeurs ont besoin de l’ambiance avec 40 000 supporters…Mais ça, c’est pour le sport médiatique, pour les grands clubs. Tu sais, les amateurs, les petits clubs, les sports anonymes n’ont pas grand-monde dans les stades ! Ils n’ont pas de public. Comment résoudre ceci ? Avec la crise sanitaire actuelle nous pouvons repenser le monde du sport, ainsi que les différentes compétitions.


Les JO, les JP en 2124….Comment imagines-tu les Jeux Paralympiques en 2124 ?

Si on garde des Jeux séparés, j’imagine que ce seront des Jeux équivalents : Même couverture en public, mêmes sponsors et soutiens financiers, même couverture média. Les deux sont liés. Donc bien plus de moyens pour les JP, ce qui notamment permettra d’avoir du matériel et des techniques d’entraînement plus pointues.


Et la place des personnes handicapées ? Que manque-t-il pour une vrai inclusion des personnes handicapées ?

Mais c’est simple : Il manque du courage ! Je vais être simple : que les personnes handicapées ne soient plus discriminées, et soient considérés comme des citoyens à part entière - Des-ci-toy-ens ! Pas besoin d’aller très loin de Paris, il suffit d’être à Londres pour voir que la discrimination est très faible par rapport à la France. C’est une question de mentalité.

Si tu regardes ici à Londres la pub, les plateaux télés, le sport...Les personnes handicapées sont partout, au premier panneau de publicité que tu voies sur un arrêt de bus. Les médias ont aussi joué leur rôle en poussant les personnes handicapées sur le devant de la scène.

le trailer de l'émission "The last leg" / Youtube


Tu imagines, il y a une émission au Royaume-Uni qui s’appelle “The Last Leg” : le présentateur est amputé d’une jambe, et les intervenants sont tous handicapés... On ne voit pas ça du tout en France.



En 2124, comment parlera-t-on de 2024 ? Quel serait l’héritage 100 ans après ?

J’aimerais qu’on se rappelle de nos JOP comme d’un véritable accélérateur de l’évolution des mentalités sur les discriminations. 2012 a vraiment aidé Londres à passer un cap à ce niveau, et ils avaient déjà (ils l’ont toujours) de l’avance sur nous pour les discriminations.


Et tu penses qu’on pourra en 2124 faire le lien entre les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques de manière symbolique ? Une transmission de flamme de la fin des JO, pour initier les JP ?

C’est compliqué : le CIO* a la main sur l’organisation des JO, et les JP suivent le mouvement, mais ce ne sont pas les mêmes organisateurs. Les JP sont organisés par le CIP*, ce sont donc deux mouvements indépendants. Il y a deux semaines d’écart entre les deux compétitions, et aussi deux parcours de flamme olympiques.

En revanche, avec Paris2024, nous réfléchissons à des solutions pour que les athlètes olympiques et paralympiques soient ensemble à certains moments symboliques...Il y aura de belles choses mises en place. Pour le parcours de la Flamme, on pourrait imaginer une transmission symbolique des deux flammes...


Que penses-tu de notre média ?

C’est original que vous vous intéressiez à l’avenir, au sport, pour une époque où vous ne serez même plus vivants ! Je trouve ça bien. Imaginer un futur à un moment où on n’est pas là. Ca permet de voir très loin et pourquoi pas, d’interpeller les gens d’aujourd’hui avec un idéal, une vision, peut-être influencer le monde du sport et mobiliser des acteurs.


On pense un jour avoir un parrain pour notre site, tu aurais une idée ?

Je pense que pour un site futuriste vous pourriez avoir dépasser l’idée du parrain physique et avoir à la place un avatar. Il représenterait la société dans toute sa diversité; homme-femme, handi-valide, de toutes les couleurs, de toutes confessions, de tous genres...


Et pour la prochaine interview, on va voir qui ?

(sans hésitation) Je vous conseille de contacter Manon Genest !

(ndlr : championne du monde de paratriathlon en 2016)


Propos confinés, recueillis par Benjamin Rémon et Jean-Marie Dufour


*CIO et CIP : Comité International Olympique & Comité International Paralympique

ALLER PLUS LOIN (ou plus haut, dirait Tina)

l'association comme les autres

l'association créée par Michael, son épouse Carolyn et son frère Jonathan, veille à aider à se reconstruire les personnes handicapée suite à un accident. France 2 a retransmis pendant le confinement le magnifique film-documentaire, du même nom, avec Frédéric Lopez.
Visitez leur site ici et suivez leur facebook ici !

Handiamo !

Handiamo! accompagne les sportifs de haut niveau en situation de handicap dans leur parcours professionnel, tout en contribuant aux nécessaires changements de regards, de relations et de pratiques entre « monde du handicap » et « monde valide » par l’organisation de formations et d’événements de sensibilisation au handicap.
Visitez leur site ici et suivez leur facebook ici !